Fenêtres de toit et économies d’énergie

fenêtre de toit
Les fenêtres de toit sont des ouvertures faisant partie intégrante de la couverture et de la pente d’une toiture. Elles interviennent dans les travaux d’isolation des ouvertures ouvrant droit à des aides de l’Etat telles que l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) et le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE). Pour cela, vous devez avoir recours à un prestataire Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Vous pouvez entrer en contact avec l’un d’entre eux en passant par notre annuaire.

Quels sont les différents types de fenêtres de toit ?

Voici les différents types de fenêtres de toit existant sur le marché :

  • -La fenêtre de toit la plus répandue est le Velux, du nom de la marque spécialisée dans la conception et la fabrication. Elle s’adapte aux pentes de toit comprises entre 15 et 90°. Il peut s’agir d’une fenêtre à double vitrage comme à triple vitrage, ou à isolation renforcée.
  • -La lucarne, plus complexe à installer, offre une vue verticale de l’extérieur depuis la hauteur de toiture.
  • -La verrière se distingue par ses dimensions, bien plus grandes qu’une fenêtre classique. Elle fournit davantage de luminosité aux combles, et transforme la perception de l’espace intérieur.
  • -Pour un toit plat, la fenêtre coupole est l’équivalent des Velux des toitures pentues. Ses caractéristiques et ses avantages sont sensiblement les mêmes.

Chacune de ces ouvertures peut être en double ou en triple vitrage, selon l’efficacité énergétique recherchée par l’occupant du domicile.

Quels sont les différents matériaux intervenant dans la composition d’une fenêtre de toit ?

Les fenêtres de toit sont des menuiseries. L’encadrement dormant et les ouvrants sont donc composés de PVC, d’aluminium ou encore de bois :

  • -PVC : le matériau le plus accessible en termes de coût. Les menuiseries en PVC sont faciles à entretenir et offrent aujourd’hui une bonne performance en matière d’isolation thermique. Les modèles vendus dans les enseignes spécialisées se déclinent en différents coloris afin d’harmoniser l’ensemble avec les décorations d’intérieur la toiture. Le prix d’une fenêtre de toit en PVC est compris entre 85 et 316 euros selon la gamme.
  • -Aluminium : ce métal se caractérise par une bonne qualité isolante ainsi qu’une résistance mécanique élevée. Il nécessite encore moins d’entretien que les modèles en PVC, et est particulièrement utilisé dans le cadre des installations de verrières. Il offre également des finitions très esthétiques. Son prix varie entre 746 et 980 euros.
  • -Bois : le matériau de menuiserie traditionnelle. Avec d’excellentes capacités d’isolation thermique et phonique, le bois bénéficie de traitements contre les insectes, l’humidité et les moisissures afin de lui éviter le pourrissement. Il nécessite un entretien régulier, et son prix est compris entre 109 et 305 euros.

Pourquoi est-il important d’isoler les fenêtres de toit ?

Selon l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), jusqu’à 30% des déperditions thermiques d’une habitation ont lieu au niveau du toit, et jusqu’à 15% au niveau des fenêtres. Les fenêtres de toit constituent donc des zones particulièrement sensibles où les pertes de chaleur sont importantes lorsque le vitrage et les matériaux de construction ne conviennent pas à une isolation thermique performante.

Installer une fenêtre à isolation renforcée à la place d’un Velux ou d’une verrière à simple vitrage permet donc de réduire les dépenses d’énergie, puisque le système de chauffage est moins sollicité pour un confort thermique équivalent.

Cette efficacité permet à l’habitant d’être bénéficiaire du CITE et de l’éco-PTZ. Le CITE est une déduction fiscale au taux de 15% pour l’acquisition de matériaux d’isolation venant en remplacement d’un simple vitrage (et ce jusqu’au 30 juin 2018). Les intérêts de l’éco-PTZ sont quant à eux pris en charge dans leur totalité par l’Etat.

Pour être éligible à ces aides cumulables, l’occupant du domicile doit répondre à l’éco-condition obligatoire depuis janvier 2015, à savoir le recours à un professionnel qualifié RGE. N’hésitez donc pas à utiliser notre annuaire pour contacter l’un d’entre eux.