L'installateur photovoltaïque RGE

Trouvez un installateur photovoltaïque RGE près de chez vous

L’installateur photovoltaïque est un spécialiste des panneaux solaires produisant de l’électricité. Son activité s’inscrit dans les évolutions des métiers du bâtiment en faveur des économies d’énergie. Quelles sont les spécificités du panneau solaire photovoltaïque ? Comment bénéficier des mesures incitatives mises en place par l’Etat ? Il vous suffit de choisir votre prestataire Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) en utilisant notre annuaire pour y être éligible !

Quelles sont les qualifications permettant d’être installateur photovoltaïque ?

C’est le monteur en installations thermiques et climatiques, professionnel du chauffage et des appareils générateurs de froid tels qu’une climatisation, qui s’occupe de monter et d’installer des panneaux photovoltaïques sur une habitation :

  • -CAP installateur en froid et conditionnement d’air
  • -CAP installateur thermique
  • -Bac professionnel technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques
  • -Brevet professionnel monteur installations du génie climatique et sanitaire
  • -Brevet professionnel installateur, dépanneur en froid et conditionnement d’air
  • -Brevet technique des métiers installateur sanitaire

Quel est le rôle de l’installateur photovoltaïque ?

L’installateur photovoltaïque a pour fonction d’installer des panneaux solaires sur le toit des immeubles et des maisons individuelles. L’énergie solaire fait partie des cinq sources d’énergies renouvelables avec l’hydraulique, l’éolien, les biomasses et la géothermie.

Il s’agit donc d’une ressource entièrement naturelle, et surtout entièrement gratuite. Seul le coût d’installation des équipements est à prévoir, puisque l’accès aux rayons du soleil est totalement libre. Le prix de ces travaux d’installation varie entre 5 500 et 21 000 euros. Il s’agit donc d’un investissement important, mais qui peut être rentabilisé au fil du temps en raison de la gratuité de la ressource.

Il ne faut pas confondre l’installateur photovoltaïque et l’installateur solaire thermique, puisque les panneaux photovoltaïques convertissent les rayons du soleil en électricité, tandis que les panneaux thermiques se servent de la chaleur du soleil pour la production d’eau chaude sanitaire ou pour chauffer le liquide caloporteur d’un chauffage solaire.

La durée de vie des équipements photovoltaïques est d’une trentaine d’années, et leur fonctionnement à 80% de leur puissance au moins est assuré pendant 25 ans. Il s’agit donc d’un investissement de long terme.

C’est l’onduleur, l’élément permettant de transformer le courant continu des panneaux en courant alternatif compatible avec le réseau électrique, qu’il convient de remplacer le plus souvent afin de garantir le fonctionnement de l’installation. Sa durabilité moyenne est de 10 ans, impliquant d’en vérifier régulièrement le bon fonctionnement. L’installateur photovoltaïque peut se charger des opérations de contrôle.

Comment utiliser l’électricité solaire ?

Le courant électrique obtenu par les panneaux solaires photovoltaïques d’une habitation peut servir à alimenter absolument tous les équipements fonctionnant à l’électricité : * -Gros et petit électroménager (lave-vaisselle, lave-linge, réfrigérateur…) * -Appareils audiovisuels et informatiques (ordinateur, télévision, chaîne hi-fi…) * -Eclairage artificiel (luminaires, spots, appliques, lustres, suspensions…) * -Equipements restituant de l’énergie (système de chauffage électrique, VMC, climatiseur, chauffe-eau thermodynamique…)

Mais en trouvant un prestataire agréé par EDF ou détenteur de la qualification RGE, l’occupant du domicile concerné peut revendre l’électricité produite par ses panneaux aux fournisseurs d’énergie. Un panneau photovoltaïque de 6 kWc (kilowatt crête, à savoir la puissance de l’installation dans des conditions de test standard) génère en moyenne plus de 1 650 euros de revenus complémentaires par an.

Revendre les surplus énergétiques non consommés est un bon moyen d’amortir le coût des travaux et de rentabiliser cet investissement. Il est également possible de bénéficier du Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) au taux de 30% sur des dépenses plafonnées à 8 000 et 16 000 euros selon la composition du foyer. Le CITE est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro, un emprunt destiné aux ouvrages de rénovation énergétique dont les intérêts sont totalement pris en charge par l’Etat.

Trouver un pro à : Paris, Rennes, Lyon, Bordeaux, Nantes, Nice, Brest, Lille, Grenoble, Marseille, Aix-en-Provence, Tours