La chaudière à bois, fonctionnement et principaux modèles

chaudière à bois
La chaudière à bois est un dispositif de chauffage à la fois économique et écologique, car il a recours à la biomasse pour le chauffage et l’ECS (eau chaude sanitaire). Mais quelles sont les spécificités et les variantes d’un tel appareil ? Vous trouverez vos réponses au fil de cette page. N’hésitez pas non plus à contacter un professionnel via notre annuaire afin de réaliser vos travaux. Vous serez éligibles à l’éco-prêt à taux zéro (PTZ) ainsi qu’au Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE).

Quel est le principe de fonctionnement d’une chaudière à bois ?

Une chaudière à bois fonctionne sur le principe de la combustion. En chauffant, un brûleur augmente la température d’un liquide caloporteur qui se déplace au sein du circuit de chauffage. Ce liquide est ensuite envoyé aux radiateurs qui diffusent de la chaleur dans les pièces où ils sont installés. Il sert également à chauffer l’eau sanitaire de la cuve de stockage associée au dispositif, lorsqu’il s’agit d’une installation combinant les deux.

Si l’appareil n’est pas déjà pourvu d’un système d’évacuation des cendres, il importe de le décrasser régulièrement afin de prolonger sa durée de vie. Certains modèles sont même équipés de systèmes de nettoyage automatiques.

Quels sont les différents modèles de chaudière à bois ?

Trois types de modèles se partagent le marché : les chaudières à bûches, à granulés et à plaquettes, chacune se distinguant par la forme et le conditionnement du combustible :

  • -Chaudière à bûches : le coût d’usage des bûches est de 3 centimes d’euros par kWh (kilowattheure). Ce bas prix s’explique par le fait que les bûches ne sont pas transformées après être coupées. Leur rendement énergétique peut atteindre 90%, c’est-à-dire qu’il n’y a presque aucune perte d’énergie lors de la combustion. Néanmoins, un rechargement manuel est nécessaire environ au moins une fois par jour.
  • -Combustibles granulés : les granulés de bois, ou pellets, sont les combustibles bois les plus chers du marché, mais demeurent moins onéreux que du gaz, du fioul ou de l’électricité. Leur coût est de 5 centimes par kWh, variant légèrement selon leur conditionnement soit en sac ou en vrac. Le rendement de ces chaudières est cependant plus élevé qu’avec des appareils à bûches, puisqu’il peut atteindre les 95%.
  • -Plaquettes : avec un coût d’usage de 2 centimes d’euros par kWh, les plaquettes constituent le combustible le moins cher du marché. Et contrairement aux bûches, elles offrent un rendement similaire à celui des granulés de bois. Parce que le bois déchiqueté provient des branches et déchets forestiers, le prix de à l’usage de ce combustible est peu élevé.

Pourquoi choisir la chaudière à bois ?

Le prix d’installation d’une chaudière à bois varie selon le combustible qu’elle utilise :

  • -Chaudière à bûches : entre 2 000 et 8 000 euros
  • -Chaudière à granulés : entre 12 000 et 20 000 euros
  • -Chaudière à plaquettes : entre 7 500 et 14 000 euros

L’achat d’un tel équipement constitue donc un investissement onéreux, mais ce montant élevé est compensé par le faible coût d’usage, puisque les combustibles utilisés sont les moins chers du marché. De plus, avoir recours à ces systèmes économiques et écologiques est promu par l’Etat à travers le CITE et l’éco-PTZ :

  • -Le Crédit d’Impôt Transition Energétique est une déduction fiscale. Son taux est de 30%, sur des dépenses plafonnées à 8 000 pour une personne seule et à 16 000 euros pour des couples. Une majoration de 400 euros survient pour toute personne supplémentaire à charge.
  • -L’éco-PTZ est un emprunt d’un montant maximum de 30 000 euros remboursables en 15 ans. Ses intérêts sont pris en charge, dans leur intégralité, par l’Etat.

Vous pouvez utiliser notre annuaire RGE pour entrer en contact avec le professionnel qui se chargera de vos travaux.